Voyage Way
Home > Destinations > Oman > Visiter le Dhofar à Oman : guide complet !

Visiter le Dhofar à Oman : guide complet !

Dhofar à Oman

Le Dhofar est le gourvenorat situé au sud du Sultanat d’Oman. En bordure du Yémen, cette région omanaise est certainement l’une des plus belles du pays. Encore méconnu, peu de voyageurs se rendent dans le Dhofar lors d’un premier road trip à Oman.

Complètement à l’écart du reste du pays, près de 1000 kilomètres séparent le Dhofar des principales villes omanaises. Pourtant, c’est une région qui mérite le détour. Visiter le Dhofar vous permettra de découvrir des paysages que l’on n’imagine absolument pas à Oman, surtout si vous vous y rendez durant ou après le khareef, la mousson qui touche cette région en été.

Ce billet, entièrement dédié au Dhofar, devrait vous aider à préparer votre visite. Vous y trouverez tout ce qu’il faut savoir sur le Dhofar : lieux d’intérêt, comment s’y déplacer, quel itinéraire, … Je vous invite à lire en complément, mon billet dédié à Salalah, la principale ville du Dhofar. Salalah et ses lieux d’intérêt ne seront que très rapidement évoqués dans ce billet afin de ne pas répéter ce que j’ai écris dans le billet dédié à la ville.

 

Dhofar, la région au sud du Sultanat d’Oman

Le Dhofar (ظفار en arabe) est le gouvernorat qui se situe au sud d’Oman, à proximité de la frontière avec le Yémen. Cette région omanaise est moins visitée que d’autres. Son éloignement avec le reste du pays y joue très certainement un rôle important.

Pourtant, le Dhofar a bien des atouts d’un point de vue touristique : paysages très verts grâce à la mousson estivale, sites historiques importants, terre d’encens, …

Mughsayl beach - Oman

La ville principale du Dhofar est Salalah. Cette ville côtière est aussi la seconde plus grande ville du Sultanat d’Oman après Mascate. Dans la suite de ce billet, je ne m’attarderai pas sur la ville de Salalah en elle-même car j’en parle en détails sur le blog, dans un billet entièrement consacré à la plus grande ville du Dhofar. Si vous souhaitez en savoir plus sur la ville, je vous invite donc à lire mon guide sur Salalah.

En dehors de la zone côtière, la majorité du Dhofar reste une zone désertique. Une bonne partie du Dhofar fait partie du Rub al Khali et on trouve de magnifiques dunes au nord d’Ubar.

Le khareef, la mousson qui touche une partie du Dhofar

L’une des particularités du Dhofar est aussi son climat ! En effet, en été (entre fin juin et début septembre), une partie du Dhofar est touchée par une mousson venant d’Inde. Pendant 2 mois environ, les pluies sont très présentes. Alors que tous le pays enregistre des températures qui tournent autour de 40° en été (en dehors des sommets des Monts Hajar), le mercure ne dépasse pas les 30° dans le Dhofar. Du moins dans la partie touchée par le khareef.

Que faire dans le Dhofar

Le khareef ne touche pas tout le Dhofar mais plutôt la côte, la région proche de Salalah et notamment les montagnes qui entourent la ville.

 

Visiter le Dhofar : informations pratiques

Avant d’évoquer les lieux d’intérêt du Dhofar et les choses à faire lors d’un premier séjour dans le sud du Sultanat d’Oman, quelques explications pratiques peuvent être utiles.

En effet, si vous comptez visiter le Dhofar prochainement, vous devez certainement avoir quelques interrogations liées aux préparatifs de ce séjour : commet rejoindre le Dhofar, où loger, … Nous allons évoquer les principales questions pratiques ici.

A la fin de ce billet, j’évoque d’autres questions pratiques secondaires mais qui peuvent également être utiles à ceux qui souhaitent en savoir un maximum avant de partir dans le Dhofar à Oman.

Comment se rendre dans le Dhofar

Pour aller dans le Dhofar, plusieurs options sont possibles :

  • y aller en voiture depuis le nord du Sultanat d’Oman. Il faut compter environ 1000 kms depuis Mascate !
  • prendre un vol intérieur depuis Mascate pour rejoindre Salalah, avec la compagnie aérienne nationale Oman Air (environ 30 OMR  soit 70 euros aller simple)
  • aller directement dans le Dhofar (Salalah) depuis la France

Vol Mascate Salalah

Pour la dernière option, les compagnies aériennes Qatar Airways et Oman Air sont le 2 options possibles. Il y aura une escale à Doha ou Mascate en fonction de la compagnie choisie.

Si vous optez pour la première option, à savoir faire le trajet par vous-même en voiture, n’oubliez pas de vérifier que votre location de voiture n’a pas de franchise kilométrique limitée … Si c’est le cas, vous risquez d’exploser le kilométrage autorisé par votre contrat ! Il est néanmoins tout à fait possible de louer une voiture avec kilométrage illimité.

Quelle option choisir pour aller dans le Dhofar ?

Je dirais que l’option à choisir dépend de la durée de votre voyage. Si vous partez à Oman pour 15 jours ou un peu plus et que vous comptez aller visiter le Dhofar mais aussi le nord du pays, je vous conseille de prendre un vol intérieur. En à peine plus d’une heure vous serez à Salalah et vous ne perdrez pas de temps.

En voiture, vous « perdez » au moins 2 jours pour faire la route. La route dans les terres prend une journée entière aller simple …

La route côtière est plus intéressante mais il faut compter 2 jours pour faire le trajet du nord du pays jusqu’au Dhofar. Solution à privilégier selon moi si vous partez à Oman pour 3 semaines ou plus. Vous pouvez dans ce cas prendre la route dans les terres sur l’un des 2 trajets et faire l’autre par la côte. Nuit possible en camping sauvage un peu partout ou alors en hôtel à Duqm.

Où dormir dans le Dhofar ?

Salalah est pour moi l’endroit à choisir pour se loger dans le Dhofar pendant une visite de la région. Les lieux d’intérêt du Dhofar sont souvent assez proches de Salalah. Ils peuvent facilement être visités à la journée en partant de Salalah et en y revenant pour la soirée / nuit.

A l’exception du désert. Si vous comptez aller dans le Rub al Khali, au nord d’Ubar, il est préférable d’y rester pour la nuit. Pour l’expérience mais aussi parce que la distance commence à être longue. Comptez près de 200 kilomètres pour arriver à un spot sympa dans le désert. A noter, ici, on est loin du désert labouré des Wahiba Sands. Il n’y a pas de campement pour touriste. Il faut ramener votre tente ou dormir à la belle étoile. Mais l’expérience est parfaite !

Où dormir à Salalah

Pour le reste de votre visite du Dhofar, je vous recommande donc de dormir à Salalah. Voici les adresses que je vous recommande pour s’y loger :

  • si votre budget pour vous loger à Salalah est limité, vous pouvez opter pour le Star House Grand ou le Muscat International Hotel Plaza. Ces 2 hébergements se situent dans le centre de Salalah et vous trouverez de nombreux restaurants à proximité. Le premier propose studios et appartements alors que le second (un peu plus cher) est un hôtel classique.
  • avec un budget intermédiaire, si vous souhaitez loger dans le centre de Salalah, vous pouvez vous tourner vers le Salalah Gardens Hotel
  • si vous comptez alterner entre la visite du Dhofar et la détente à l’hôtel en bord de mer, je vous recommande le Fanar Hotel & Residence. Il se trouve à environ 20 kilomètres du centre de Salalah. Le trajet est très rapide et il y a très peu d’options hôtel avec plage à Salalah même … La photo ci-dessous provient de cette plage …

Sunset sur une plage du Dhofar à Oman

  • enfin, pour un séjour plus haut de gamme, vous pouvez aller au Al Baleed Resort Salalah by Anantara. C’est le plus bel hôtel du Dhofar. Néanmoins, si vous voulez vous faire plaisir sur un seul hôtel à Oman, je vous recommande plutôt d’opter pour l’un des hôtels que je recommande à Mascate. Le rapport qualité / prix y est bien meilleur et ces hôtels disposent également de superbes plages !

 

Louer une voiture dans le Dhofar

Pour visiter le Dhofar, une voiture de location est selon moi indispensable. Concernant le modèle à choisir, tout dépend de ce que vous comptez faire.

Si vous comptez aller passer une nuit dans le Rub al Khali au nord d’Ubar, un 4×4 est indispensable, il faudra conduire dans le sable sur la dernière portion du trajet.

Pour le reste, une simple berline suffit. Durant le khareef, certaines portions de route peuvent être inondées. Un 4×4 est alors préférable (hauteur du bas de caisse) mais c’est plutôt anecdotique. Vous ne pourrez peut être pas allé à une ou deux cascades. Rien de plus. Les lieux d’intérêt majeurs du Dhofar restent accessibles en berline.

Plage de Mirbat dans le Dhofar

Vous pouvez louer votre voiture directement à l’aéroport de Salalah. Même si moins de loueurs internationaux sont implantés dans le Dhofar par rapport à Mascate, vous trouverez sans souci. Comme toujours, je vous conseille de réserver votre voiture sur RentalCars pour obtenir un tarif négocié, plus intéressant qu’une location en direct auprès du loueur.

Je n’ai pas de retour d’expérience sur l’utilisation de transport en commun dans le Dhofar à Salalah. Il doit certainement y avoir des bus dans Salalah mais ce n’est pour moi pas une option possible pour  visiter le Dhofar. Les lieux d’intérêt du Dhofar sont éloignés et souvent reculés des villes. Seule la voiture est une vraie solution pour pouvoir découvrir la région.

Que faire dans le Dhofar à Oman : les lieux d’intérêt à visiter

Après ces premières explications pratiques liées à la visite du Dhofar, place aux choses à faire dans le sud du Sultanat d’Oman.

Vous devez certainement vous demander que faire dans le Dhofar. A nouveau, je le précise encore, je ne parle pas ici des choses à faire à Salalah. Je vais juste lister rapidement les lieux d’intérêt majeurs de la plus grande ville du Dhofar. Pour en savoir plus sur le sujet, reportez-vous à mon billet dédié à Salalah.

Pour le reste du Dhofar, je vous parle en détails des différents endroits à voir ou des choses à faire. Si vous comptez visiter le Dhofar bientôt, vous devriez y trouver de quoi occuper au moins une semaine !

Salalah, la principale ville du Dhofar

Ayant consacré un billet dédié à Salalah, je ne m’attarde pas sur la ville dans le guide sur le Dhofar. En guide résumé, il faut savoir que vous pouvez consacrer au moins une journée entière à Salalah lors de votre séjour dans le Dhofar. Voici quelques exemples de choses à voir à faire :

  • musée de l’encens et site archéologique d’Al Balid
  • visite de la tombe de Nabi Imran
  • plantations et stands de noix de coco / bananes
  • plage de Salalah et couchers de soleil depuis la plage
  • souq Al Husn aussi appelé vieux souq de Salalah (l’endroit où acheter de l’encens)

Plantations de cocotier et bananier à Salalah

Vous pouvez consulter mon article sur Salalah si vous souhaitez en savoir plus.

Wadi Darbat, le trésor du Dhofar !

Wadi Darbat est l’une des pépites du Dhofar. Impossible d’aller visiter le Dhofar sans passer par ce wadi absolument magnifique.

Un demi-journée est un grand minimum pour profiter des différents endroits intéressants du Wadi Darbat. Entre mi-juin et début octobre, les cascades sont à leur maximum, les montagnes qui forment le wadi sont recouvertes du végétation parfaitement verte. C’est aussi la période où on y trouve un maximum de dromadaires. Les jibali (nom donné aux habitants des montagnes proches de Salalah) s’empressent d’y ramener leurs dromadaires qui peuvent manger à volonté un peu partout dans le wadi.

Wadi Darbat waterfall

Plusieurs endroits du wadi Darbat sont intéressants :

  • à proximité de la route 49, en contrebas du wadi, on trouve des bassins d’eau bleu, des petits cascades
  • randonnée possible jusqu’à la plus impressionnante cascade du wadi Darbat (départ non signalé, quelques mètres avant le parking)
  • ensuite, en voiture, vous pouvez grimper sur les hauteurs pour profiter d’autres cascades et bassins d’eau
  • tout au bout de la route, vous pouvez faire un tour en bateau mais aussi vous balader

Petit stand restauration rapide + boisson au bout de la route. Sur la route qui mène au bout de la vallée, vous pouvez croiser de nombreux dromadaires. La visibilité est limitée dans la portion de la route qui grimpe, pensez donc à rouler doucement. Et lorsque l’on parle de croiser des dromadaires, on ne parle pas de 3 ou 4 dromadaires, mais plusieurs dizaines voire plusieurs centaines !

Dromadaires dans le Dhofar

Le wadi Darbat peut être visité toute l’année. Mais c’est entre fin-juin et début octobre qu’il est le plus beau. Je vais tenter de prendre le temps d’écrire un billet sur le wadi Darbat pour bien expliquer tout ce que l’on peut y voir ou faire.

En raison de bactéries présentes dans l’eau, il ne faut pas se baigner ici. Plus loin dans ce guide sur le Dhofar, je parle de sources ou cascades où il est possible de se baigner.

Dromadaires dans le Dhofar

Mirbat : une ville à visiter dans le Dhofar

Parmi les choses à faire dans le Dhofar, on peut inscrire la ville de Mirbat. Cette ville côtière se trouve à l’est de Salalah, à environ 75 kilomètres. Moins d’une heure de route est nécessaire pour rejoindre Mirbat depuis la principale ville du Dhofar.

Tombe de Bin Ali à Mirbat dans le Dhofar

Plusieurs endroits méritent une rapide visite à Mirbat :

  • vieille ville qui semble en ruine à certains endroits mais qui est en partie encore habitée
  • Mirbat Castle face à la mer
  • port de pêche de Mirbat où l’on peut voir des boutres et avec un peu de chance un retour de pêche
  • marché aux poissons qui se situe sur le port
  • Bin Ali Tomb, un mausolée qui se visite (photographies interdites). De nombreuses tombes se trouvent autour du mausolée

Avec le temps de route depuis Salalah, il faut compter plus d’une demi-journée pour Mirbat.

Dhow à Mirbat

Taqah et son château

Taqah se trouve plus ou moins à mi-chemin entre Salalah et Mirbat. La ville de Taqah n’est pas la plus charmante du Dhofar. Du moins de mon point de vue. Néanmoins, un arrêt peut être intéressant avant ou après la visite de Khor Rori, par exemple pour le déjeuner.

Vous pouvez tout de même visiter le château de Taqah qui se situe au coeur de la ville. Un château / fort typique du Sultanat d’Oman. Entrée payante : 500 baiza (0.5 OMR).

Taqah Castle dans le Dhofar à Oman

C’est surement le plus beau du Dhofar.

Khor Rori et sa plage magnifique

Khor Rori (خور روري en arabe) est l’un des incontournables à visiter dans le Dhofar. Au delà du site archéologique, l’autre intérêt de Khor Rori est sa magnifique plage.

Le site est aussi appelé Sumhuram du nom de la ville antique qui s’y trouvait. La cité antique a été construite au Ier siècle avant J-C. Cette cité portuaire vivait essentiellement du commerce et de l’exportation de l’encens du Dhofar. D’ailleurs, la cité de Sumhuram est citée dans le Périple de la mer Érythrée.

Ruines de Khor Rori dans le Dhofar

Le site se situe en bord de mer, légèrement à l’est de Taqah. L’entrée coûte de mémoire 2 OMR. Vous pouvez accéder au site archéologique, à un musée qui se situe juste à côté des ruines mais aussi à la plage de Khor Rori.

Plage de Khor Rori dans le Dhofar

En 2 bonnes heures vous pouvez visiter l’ensemble. Néanmoins, si vous n’êtes pas en rush permanent dans le Dhofar, je vous recommande de prendre le temps de profiter de la plage du site. Elle est vide (et propre) car l’accès est payant (elle se situe sur le site historique). Vous pourrez y voir de nombreux goélands de Hemprich. Le plus simple est d’y aller en voiture depuis les ruines car il doit y avoir 2 kilomètres entre la plage et les ruines.

Mughsayl, un incontournable du Dhofar

Mughsayl est l’un des endroits les plus connus du Dhofar. Vous avez certainement déjà vu une photo de plage, une mer turquoise et des dromadaires sur la plage. Cette photographie cliché du Dhofar provient de cette plage.

Plage de Mughsayl dans le Dhofar à Oman

Mughsayl se trouve à environ 60 kilomètres à l’ouest de Salalah (comptez 45 minutes de route). Voici les endroits à voir à Mughsayl :

  • la plage bien sûr où vous pourrez, avec un peu de chance y croiser les dromadaires de Souheil. N’hésitez pas à échanger avec lui, il est adorable. Alors que je faisais des photos d’un de ces dromadaires qui était sur la plage, il m’a proposé de l’accompagner car il allait justement accompagner son troupeau sur la plage
  • à l’ouest de la plage, vous pouvez aller voir la Marneef Cave mais aussi les trous souffleurs. Pour voir de l’eau de mer jaillir de ces trous situés au sol, il faut que la mer soit agité. Pendant le khareef, c’est courant car la mer est agitée. En dehors du khareef, c’est plus rare mais en vous approchant, vous pourrez entendre le bruit de la mer à travers ces trous
  • la vue sur la plage depuis le chemin menant aux blowholes est magnifique
  • prenez le temps de faire un petit arrêt au café qui est surement l’un des cafés d’Oman avec la plus belle vue !

Plage de Mughsayl dans le Dhofar

En octobre dernier, une portion de la route située à l’ouest de Mughsayl avait été détruite quelques mois plus tôt par le cyclone Mekunu. Si vous voyez un panneau « route barrée », sachez que vous pouvez contourner cette route détruite en tournant à droite quelques centaines de mètres avant. Ce détour de quelques kilomètres vous ramènera  sur la route principale pour continuer vers le Furious Road ou pour aller voir la Marneef Cave et les blowholes.

Blowholes à Mughsayl - Dhofar

La Furious Road

La Furious Road est le nom donné à une route de montagne. Cette route se trouve entre Al Mughsayl (à l’est de Salalah donc) et la frontière yéménite.

A priori, si vous allez visiter le Dhofar, vous devriez passer par la magnifique plage d’Al Mughsayl. Si c’est le cas, je vous recommande de faire les quelques kilomètres qui séparent cette plage de la Furious Road.

Furious Road - Dhofar

Cette route de montagne (bitumée) est absolument magnifique. Le dénivelé est impressionnant et elle offre des panoramas magnifiques ! Comptez une heure environ aller / retour pour aller à la portion en lacets, faire quelques arrêts photo et revenir à Al Mughsayl.

Tombe du prophète Job

Au nord ouest de Salalah, dans les montagnes toutes proches, se trouve la tombe du prophète Job. Comme pour une mosquée, il faut retirer ses chaussures et garder le silence. Le mausolée est ouvert aux non-musulmans.

Le tombe est visitée par de nombreuses personnes chaque jour. Les photographies y sont autorisées. Néanmoins, si des fidèles se recueillent ou prient pendant votre visite, évitez de faire des photographies à ce moment là afin que ces personnes ne soient sur vos photos.

Tombe de Job

On ressent fortement la ferveur religieuse lorsque de nombreuses personnes s’y recueillent. Un endroit impressionnant, à visiter lors d’un voyage dans le Dhofar.

Les sources et cascades du Dhofar

Le Dhofar c’est aussi de nombreuses sources et cascades. Certaines sont visibles uniquement pendant le khareef et les semaines qui suivent la mousson estivale.

Cascades dans le Wadi Darbat

Voici quelques sources ou cascades à ne pas manquer :

  • cascades du wadi Darbat évoqué plus tôt dans ce guide sur le Dhofar
  •  Ayn Garziz, le meilleur endroit pour se baigner dans les sources / cascades du Dhofar
  • Ayn Umran
  • Ayn Khor (accessible en 4×4 ou à pied via une rando)
  • Ayn Athum avec plusieurs cascades hautes et impressionnantes ! A ne pas manquer …

Ain Garziz dans le Dhofar

Prévoir des tongs ou chaussures d’eau car l’accès à certaines cascades / sources nécessitent de marcher dans l’eau.

Ayn Athum dans le Dhofar

Wadi Dawkah

Si vous vous demandez que faire dans le Dhofar, un ou plusieurs des réponses tournera forcément autour de l’encens.

Le Wadi Dawkah fait partie des sites du Dhofar classés à l’UNESCO sous l’appellation de Terres d’Encens. Ce wadi se situe au nord de Salalah, à environ 40 kilomètres en direction d’Ubar (comptez 30 minutes de route environ).

Wadi Dawkah - Dhofar

Vous pourrez y voir de nombreux arbres à encens. N’hésitez pas à descendre pour vous approcher au plus près des arbres à encens. En cherchant bien, même si personne n’est pas là pour cisailler ou récupérer l’encens, vous pourrez voir la résine sortir des branches entaillées des arbres à encens. Les arbres à encens sont aussi appelés Boswellia sacra. L’accès est gratuit.

Encens - Dhofar

Ruines d’Ubar

Les ruines de la cité d’Ubar se trouvent à 170 kilomètres de Salalah environ, au nord de la ville. C’est la seule visite à faire dans le Dhofar qui, à mon avis, demande de passer une nuit en dehors de Salalah. En allant à Ubar, il serait dommage de ne pas pousser un peu plus loin (80 kilomètres environ) pour passer une nuit dans les dunes du Rub al Khali.

Ruines d'Ubar dans le Rub al Khali

La cité antique d’Ubar est aussi appelé Shisr ou encore Iram. Cette cité est citée dans le Coran et serait une ancienne cité commerciale importante du désert de la péninsule arabique. Le site n’est pas immense et se visite rapidement.

L’accès à Ubar ne nécessite pas de 4×4, route goudronnée sur l’ensemble du trajet.

Une nuit dans le Rub al Khali au nord d’Ubar

Comme je le disais plus haut, étant donné qu’Ubar est assez éloignée de Salalah, il peut être intéressant de prolonger un peu le trajet vers le désert pour y passer une nuit. Faire le trajet de Salalah jusqu’Ubar juste pour la visite de la cité antique risque de vous faire passer pas mal de temps dans la voiture sur la journée …

En une bonne heure après Ubar, vous serez dans les dunes du désert du Rub al Khali. Contrairement aux Wahiba Sands (la partie du Rub al Khali la plus visitée car elle se situe dans le nord du sultanat d’Oman), ici il n’y a aucun infrastructure touristique. Du moins pour le moment. Résultat, un désert brut.

Désert dans le Dhofar à Oman

Comme pour les Wahiba Sands, vous pouvez suivre la piste tracée dans le sable. Il faudra dégonfler vos pneus (pression 1.8) et bien sûr y aller uniquement avec un 4×4.

Abandonner votre voiture en bordure de piste à proximité de l’endroit où vous voulez camper. Je vous recommande ce spot pour des splendides dunes : 18.627288, 53.084633. Ce spot se situe au milieu des dunes, à 300 mètres environ de la piste. Avant de quitter votre 4×4, marquez le point GPS où il se trouve sur une application comme Maps.me.

 

Itinéraire dans le Dhofar

Construire son itinéraire pour le Dhofar est, selon moi, bien plus facile que pour le nord du sultanat d’Oman. En effet, les lieux d’intérêt du Dhofar sont bien moins éloignés. Bien que certains endroits nécessitent de passer par des routes de montagne, ce sont des routes plus « rapides » que dans les Monts Hajar au nord du pays.

Je l’ai rapidement évoqué plus haut dans ce billet, je vous recommande de séjourner à Salalah pour votre visite du Dhofar. Visiter le Dhofar en étoile en ayant un point de chute à Salalah est pour moi l’option à retenir. A l’exception d’une nuit dans le Rub al Khali (si vous comptez y aller).

Salalah, Oman

A partir de là, la logique est juste de regrouper plusieurs visites à faire dans une même zone pour une journée. Voici un exemple d’itinéraire pour le Dhofar :

  • une journée pour l’essentiel de la visite de Salalah
  • une journée entière ou presque pour le Wadi Darbat
  • une journée pour Mirbat (Bin Ali Tomb, Mirbat Castle, port, plage, …)
  • une demi-journée de visite pour Taqah Castle et Khor Rori / possibilité de rester une demi-journée en plus sur la plage derrière Khor Rori pour détente / baignade (plage magnifique)
  • une journée pour visiter les sources / cascades  (Ayn Garziz, Ayn Umran, Ayn Athum, …) proches de Salalah ainsi que la tombe de Job (située dans un jebel au nord ouest de Salalah)

Plage de Salalah

Si vous comptez aller passer une nuit dans le Rub al Khali au nord d’Ubar, il faudra alors compter 2 jours dans votre itinéraire :

  • J1 : départ de Salalah / visite du wadi Dawkah au nord de la ville / visite des ruines d’Ubar (Shisr) / arrivée dans l’après-midi dans le Rub al Khali / nuit sous la tente
  • J2 : réveil au milieu du désert / retour vers Salalah / possibilité de passer par les lieux d’intérêt qui se trouvent au nord ouest de la ville

Avec ce type d’itinéraire dans le Dhofar sur 5 ou 6 jours, vous aurez la possibilité de visiter l’essentiel du Dhofar, sans courir !

 

Visiter le Dhofar : informations pratiques

J’ai évoqué plus tôt dans ce guide sur le Dhofar les principales questions pratiques que l’on se pose avant de visiter le Dhofar : où se loger, comment s’y rendre et comment s’y déplacer.

D’autres questions secondaires peuvent se poser pour un premier séjour dans le Dhofar à Oman. Voici quelques informations additionnelles. Bien évidemment, si vous vous posez d’autres questions, vous pouvez me laisser un commentaire en dessous de ce billet.

Quelle est la meilleure période pour le Dhofar ?

Très souvent, vous lirez que la meilleure période pour visiter le Dhofar est durant le khareef, la mousson qui touche une partie de la région en été. Le khareef commence à la fin du mois de juin pour se terminer au début du mois de septembre. Très souvent aussi, ceux qui écrivent cela n’y sont pas forcément allés ;-)

Il faut savoir que durant cette période, certes les paysages sont verts, mais il pleut beaucoup, le ciel est nuageux, la mer est agitée et dans les jebel proches de Salalah, les nuages bas et l’humidité / brouillard limitent la visibilité.

Wadi Darbat - Dhofar

Ce climat fait rêver les omanais et les habitants du Golfe car absolument inhabituel. Personnellement, ça ne me fait pas / plus rêver ;-)

Pour moi, la meilleure période pour visiter le Dhofar est juste après le khareef soit durant le mois de septembre et le début du mois d’octobre. Les paysages sont toujours verts, le ciel est bleu, la mer est plus calme et les cascades sont toujours bien présentes ! La période idéale pour profiter du tourisme dans le Dhofar à Oman.

Combien de temps faut-il pour visiter le Dhofar

Pour visiter le Dhofar en profitant, sans courir et sans faire du tourisme version collection de clichés Instagram, il faut au moins 5 jours. Même si les distances ne sont pas énormes, il y a vraiment pas mal de lieux d’interêt à voir dans le Dhofar.

De plus, c’est aussi une belle région omanaise pour profiter des plages magnifiques qui s’étendent à perte de vue ! Si vous n’avez pas 4 à 5 jours entiers à consacrer au Dhofar, je vous recommande de vous focaliser sur le nord du Sultanat d’Oman plutôt que de vouloir tout voir en courant et au final ne faire que survoler la pays.

Stands de vente de noix de coco à Salalah

A titre d’exemple, le magnifique Wadi Darbat peut, à lui seul, largement vous occuper une journée.

Sécurité dans le Dhofar

Comme ailleurs au Sultanat d’Oman, le Dhofar est parfaitement safe. Seule la partie la plus proche du Yémen est déconseillée. Il faut savoir que les lieux d’intérêt du Dhofar sont assez éloignés de la frontière yéménite. Dans la liste des choses à voir ou à faire dans le Dhofar que j’évoque ici, le lieu d’intérêt le plus proche du Dhofar est la Furious Road, qui se situe à une centaine de kilomètres de la frontière …

Bref, comme ailleurs à Oman, les omanais sont gentils, accueillants, ouverts. Le vol et les agressions n’existent pas. Le seul et unique risque reste le risque d’accident sur les routes, comme ailleurs à Oman.

Vous pouvez donc aller visiter le Dhofar les yeux fermés. Restez juste prudent au volant.

Sunset - Salalah, Oman

 

 

Ce billet sur le Dhofar touche à sa fin. Si vous vous demandiez que faire dans le Dhofar à Oman, vous devriez voir qu’il y a largement de quoi occuper 4/5 jours voire même un voyage à part entière dans le Dhofar.

Je le répète, si vous découvrez Oman pour la première fois et que vous partez pour 10 / 12 jours (ou moins …), je vous recommande de rester dans le nord du pays. En visitant le Dhofar et le nord du Sultanat sur une si courte durée, vous n’allez que survoler le pays. Il faut savoir faire des choix ! Et nul doute que vous allez tomber amoureux d’Oman et que vous aurez l’occasion d’y retourner par la suite pour visiter le Dhofar.

Enfin, comme toujours sur le blog, vos commentaires sont les bienvenus. Si vous comptez visiter le Dhofar et qu’il vous reste des questions ou interrogations, n’hésitez pas à commenter ce guide. Je m’efforce d’y répondre le plus rapidement possible, si votre question ne trouve pas réponse dans ce billet bien sûr … De plus, les échanges en commentaires sont souvent utiles à d’autres lecteurs qui comptent aller dans le Dhofar à Oman et qui se posent souvent les mêmes questions !

Recherches effectuées amenant à ce billet du blog voyage

    dhofar oman, port de peche mirbat a oman
Rating: 5.0/5. Basé sur 24 notes.
Please wait...

Aurélien

Passionné par les voyages, je voyage de nombreuses fois par an, du city trip de 4/5 jours au voyage de plusieurs semaines à l'autre bout du monde. Je partage sur mon blog voyage et sur les réseaux sociaux, mes avis, mes coups de coeur et mes conseils pour mieux voyager en indépendant.

8 commentaires

  • Bonjour Aurelien,
    Merci pour ce jolie billet sur Salalah et le Dohfar.
    Je regrette de ne pas avoir plus de temps pour visiter Oman. Je me rends compte qu’il est trop juste de faire le Dohfar puis le nord autour de Mascate en 9 jours
    .De plus le Dohfar en mars est beaucoup moins interessant car je n’aurai pas cette belle verdure et ces cascades.
    Je vais essayer d’annuler mon vol interne et de me consacrer sur le nord .J’espere que cela sera possible et je pense revenir pour un autre voyage en octobre dans le Dohfar.
    Melissa

  • Melissa,
    Sage décision ;-)
    Nul doute que tu appréciera le nord du sultanat d’Oman et que tu auras l’envie d’y retourner. Pour visiter le Dhofar ou pour découvrir d’autres endroits dans le sultanat.
    Bon séjour à Oman.

  • Bonjour Aurélien,
    Malheureusement je ne peux annuler une partie des vols internes sinon je perds touts les vols.
    J’irai donc dans le Dhofar !! Du coup je me demande si c’est necessaire d’aller faire un wadi en cette periode seche?
    Merci a toi.
    Melissa

  • Mélissa,
    Je ne suis jamais allé dans le Dhofar en dehors du khareef ou du mois qui suit la mousson.
    Néanmoins, on trouve de l’eau toute l’année au wadi Darbat (de ce que les locaux m’ont dit …). Ce sera forcément moins vert que pendant l’été mais je pense que tu peux y aller. C’est très proche de Salalah, le détour ne sera de toute façon pas énorme.

  • Bonjour Aurélien,

    Merci pour tous ses blogs. Ce sont de vraies mines d’informations.
    Une question me taraude cependant l’esprit: pour rentrer dans le rub al khali vaut mieux dégonfler ses pneus (à 1.8 bar apparemment), est-ce qu’il faut avoir un compresseur d’air avec soi ou sont ils disponibles sur place?

    Bien à toi,

    Elias

  • Elias,
    Inutile d’avoir un compresseur. On trouve très facilement des stations essence où gonfler / dégonfler ses pneus.
    Aurélien

  • Elias,
    La seule chose qui bouge et que j’ai pu voir dans le Rub al Khali, ce sont des petits scarabées.
    Que ce soit dans le Dhofar ou dans les Wahiba.
    Aurélien

Partenaires

  • LEC le spécialiste du séjour linguistique vous fait découvrir l’apprentissage des langues