Voyage Way
Blog voyage > Destinations > France > Ascension de la montagne Pelée en Martinique

Ascension de la montagne Pelée en Martinique

Randonnée sur la montagne Pelée en Martinique

Parmi les nombreuses expériences possibles sur l’île de la Martinique, une randonnée sur la montagne Pelée figure parmi les incontournables. Sommet de la Martinique, ce volcan culmine à 1395 mètres d’altitude. Bien qu’un peu technique, cette randonnée reste accessible au plus grand nombre. Quoiqu’il en soit, cette ascension figure, à mon avis, parmi les choses à faire en Martinique.

Plusieurs questions peuvent se poser avant de monter au sommet de la montagne Pelée : quel itinéraire choisir, combien de temps de marche prévoir, quelle est la période la plus propice pour faire l’ascension, … Sur le blog, je partage mon retour d’expérience et mes conseils pour gravir la montagne Pelée en Martinique. Au delà de ces informations et avis, je partagerai quelques conseils pratiques pour préparer sa randonnée : chaussures à prévoir, quoi emporter ou encore chemin à privilégier.

 

La montagne Pelée, célèbre volcan de l’île de la Martinique

La montagne Pelée est un volcan qui se situe dans le nord de l’île. C’est aussi le plus haut sommet de la Martinique. Le point le plus haut du volcan, appelé le Chinois, se situe à 1395 mètres au dessus du niveau de la mer (ou 1397 mètres selon les sources).

Le nom du volcan a été donné par les français. Lors de leur arrivée sur l’île, peu après une éruption, ils constatèrent l’absence de végétation vers le sommet et la nommèrent alors la montagne « pelée ». D’autres historiens considèrent que le nom du volcan proviendrait du nom de la déesse du feu des amérindiens Kalinagos.

Assez massif, le diamètre de la montagne à sa base varie entre 11 et 15 kilomètres. Elle occupe au total une superficie de l’ordre de 120 kilomètres carrés.

Montagne Pelée

De nombreuses éruptions …

Ce volcan est un stratovolcan gris calco-alcalin. Au cours de son histoire, la montagne Pelée a connu plusieurs éruptions. Les premières traces d’éruption identifiées par les archéologues remontent au Ier siècle après J-C, vers l’an 60. Autour de 1300, une autre éruption a eu un impact sur la population précolombienne qui était alors sur l’île.

Randonnée en MartiniqueEn 1635, lors de l’arrivée des colons français sur l’île, ils constatent qu’une éruption a eu lieu peu de temps avant. La végétation des flancs de la montagne est totalement détruite ou carbonisée, notamment vers la zone sommitale. Comme indiqué précédemment, c’est ce constat qui serait à l’origine du nom du volcan, la montagne « pelée ».

Deux autres éruptions se produisirent entre cette dernière et la plus connue de toutes, celle de 1902. En effet, le 8 mai 1902, une nuée ardente détruit la quasi-totalité de la ville de Saint-Pierre. Cette éruption fit près de 30 000 victimes. C’est l’éruption la plus meurtrière de la montagne Pelée. Elle est d’ailleurs utilisée pour caractériser une éruption péléenne.

La dernière éruption en date remonte aux années 1929 à 1932. Aucune victime n’a été déplorer car les populations des villages situées au pied du volcan avaient été évacuées. C’est le cône de cette éruption, appelé le Chinois, qui est le point le plus haut de la montagne.

A noter, en fin d’année 2019, l’activité sismique de la montagne Pelée s’est intensifiée. Cette activité est toujours supérieure à la “normale” au cours des années 2020 et 2021. Le volcan reste sous surveillance accrue.

 

Randonnée sur la montagne Pelée : informations pratiques

Après ces quelques éléments de contexte sur le volcan, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. En effet, en tant que voyageur, ce qui nous intéresse principalement, c’est la possibilité de randonner sur ce volcan martiniquais.

Avant de partager mon retour d’expérience et mes conseils, je vais débuter par quelques informations pratiques à avoir en tête. Quelles sont les sentiers que l’on peut emprunter pour arriver au sommet de la montagne Pelée, quelle durée de randonnée prévoir ou encore quelle est la meilleure période pour gravir cette montagne.

Sentier de l'Aileron

3 voies d’ascension possibles

Pour arriver au sommet du célèbre volcan martiniquais, 3 chemins peuvent être empruntés pour arriver au sommet via différents versants. Ils rejoignent la caldeira à différents endroits. Néanmoins, pour l’ascension finale vers le point culminant du volcan, appelé le Chinois, tous rejoignent un même sentier.

Les 3 sentiers possibles pour monter au sommet de la montagne Pelée sont :

  • sentier de l’Aileron : l’itinéraire le plus populaire. Accès par la route au point de départ plus rapide depuis le centre / sud de l’île. Pour arriver au point culminant (Chinois) sans passer par le tour de la caldeira, il faudra compter 4.7 kilomètres et environ 600 mètres de dénivelé positif (aller simple). Possibilité de faire le retour par la caldeira au lieu de repasser par le cratère (c’est le choix que j’ai fait)
  • versant du Prêcheur / Grande Savane (ouest) : l’option la plus courte et la plus facile pour arriver au Chinois sans passer par le cratère car le sentier menant au point culminant se trouve de ce côté de la caldeira
  • versant nord depuis Beauséjour (Grand’Rivière) ou Desiles (Macouba) : l’option la plus longue car le départ se fait à une altitude plus basse. L’arrivée sur la crête du cratère se fait au niveau du 2ème refuge. Comme pour l’Aileron, il faut alors faire le tour de la caldeira ou descendre dans les cratère pour rejoindre la montée finale vers le Chinois

Tracé GPS et vue satellite de la randonnée sur la montagne Pelée

Quelque soit la sentier choisi, il reste possible de faire le tour de la caldeira, de descendre au coeur du cratère et de monter au point culminant de la montagne, le Chinois qui correspond au cône de la dernière éruption. L’ascension sur le versant nord demande plus de temps, pour rejoindre le point de départ (à moins de loger à l’extrême nord de l’île) mais aussi pour le temps de randonnée car le sentier démarre à une altitude plus basse.

Descente dans le cratère de la montagne Pelée

Mon choix pour la randonnée de la montagne Pelée

Je l’ai indiqué à l’instant, j’ai opté pour l’itinéraire suivant :

  • départ au niveau du parking du sentier de l’Aileron
  • montée jusqu’au 2ème refuge
  • descente dans le cratère et remontée vers le 3ème refuge
  • ascension finale vers le Chinois
  • retour au 2ème refuge en faisant le tour de la caldeira
  • descente via le sentier de l’Aileron

Pour le choix du versant, il est à mon avis secondaire. Les endroits les plus beaux et les plus impressionnants sont pour moi le Chinois, le coeur du cratère et le tour de la caldeira (points de vue magnifiques). Mon premier conseil est donc plutôt de prendre tous ces sentiers sur les hauteurs de la montagne Pelée plutôt que d’aller au Chinois et redescendre directement.

Ci-dessous, vous trouverez une carte que j’ai construite en faisant figurer le tracé GPS de mon ascension de la montagne Pelée mais aussi des points clés de la rando pour visualiser les principaux noms évoqués dans ce guide pratique. Également, j’ai indiqué les différents points de départ des sentiers. N’hésitez pas à zoomer pour voir la trace GPS car l’affichage de base se met à l’échelle permettant de voir les différents points de départ.

 

Distance, dénivelé et durée de marche à prévoir pour la randonnée

Vous l’aurez compris en regardant la carte de la montagne Pelée ou le descriptif des différents sentiers, la distance et le dénivelé peut être variable en fonction du choix retenu.

Il faut considérer que :

  • l’option la plus courte pour rejoindre le Chinois (point culminant) sera de 5 kilomètres aller-retour avec 700 mètres de dénivelé + et autant de dénivelé négatif. C’est en partant du Prêcheur (Grande Savane) que vous pourrez opter pour cette randonnée qui est la plus facile
  • l’itinéraire le plus long sera de 22 kilomètres pour 1700 mètres de dénivelé (+ et -). Depuis Grand’Rivière
  • l’option que j’ai choisi (sentier de l’Aileron avec descente dans cratère et retour par la caldeira) : 10.4 kilomètres pour 840 mètres de dénivelé + / 815 mètres de dénivelé –
Profil et dénivelé pour l'ascension de la montagne Pelée
Profil de ma randonnée sur la montagne Pelée

Vous l’aurez compris, l’amplitude est conséquente. L’option basique reste à mon avis à écarter car elle ne passe pas par le coeur du cratère ni par le tour de la caldeira.

Ascension de la montagne Pelée

En terme de temps de marche, le rythme impactera forcément le temps global de la randonnée. Et en heures. Pour ma randonnée, en prenant mon temps (2 longs arrêts pour repas et pour profiter de la vue et de nombreux arrêts photos), l’ensemble m’a pris environ 6 heures, 4 heures à 4h30 de marche et le reste répartis sur plusieurs arrêts. Ce rythme est vraiment cool et peut être adapté à tous. Sans picnic et sans les nombreux arrêts photo, au même rythme (lent), j’aurai facilement mis 1h ou 1h30 de moins.

Randonnée sur la montagne Pelée avec un guide ?

Certains optent pour la présence d’un guide pour gravir la montagne Pelée. Cela n’a aucun intérêt à mon avis. Le sentier est bien balisé (en dehors de la montée vers le Chinois mais cela ne pose pas de souci, sauf peut être en cas de brouillard).

Randonnée sur la montagne Pelée sans guide

Bref, je ne vois vraiment pas d’intérêt à y aller en présence d’un guide. Il me semble préférable de garder ce budget pour une autre activité en Martinique, notamment pour du canyoning par exemple.

La météo, un facteur crucial pour l’ascension de la montagne Pelée

Montagne Pelée, randonnée difficile
Chemin très raide qui remonte du coeur du cratère

La météo est un élément clé pour cette randonnée. Il y a très souvent du vent au sommet mais ce n’est pas le point crucial. En effet, le facteur à prendre en compte, c’est la pluie ! Pluie sur la journée de votre randonnée ou même juste avant.

En effet, par temps de pluie (ou juste après une pluie), de nombreuses parties du chemin peuvent être vraiment boueuses. Et les rochers sont logiquement bien plus glissants. Il est vivement conseillé d’éviter de monter au sommet de la montagne Pelée lors d’une journée pluvieuse. Bien sûr, on peut être confronter à une averse pendant la randonnée et cela peut être difficilement prévisible. Néanmoins, l’idée est d’éviter d’entamer l’ascension si vous savez pertinemment qu’il va pleuvoir …

Lors de ma randonnée sur la montagne Pelée, il avait plu 1 ou 2 jours avant. Et certaines portions de chemin étaient encore un peu boueuse et glissante. Faire l’intégralité de la montée sous la pluie ou avec un chemin couvert de boue, ce n’est clairement pas agréable. Ni de tout repos !

A mon avis, il est donc préférable de jeter un oeil à la météo et d’essayer d’identifier le jour le plus adapté pour cela. L’idéal étant bien sûr une journée ensoleillée ou peu nuageuse qui est précédée par une à deux journées sans pluie. Pour jeter un oeil aux prévisions météorologiques sur le volcan, je recommande ce site. Je l’utilise pour tous mes voyages car il donne des prévisions par heure, avec pluviométrie et force du vent.

Une météo changeante et un climat différent du reste de l’île

Sur la montagne, la météo peut très vite changer. Je l’ai constaté lors de mon ascension, j’en reparlerai plus loin. Egalement, il faut savoir que le climat y est assez différent du reste de l’île. Sur les hauteurs de la montagne Pelée bien évidemment.

A la base, les températures sont sensiblement identiques à celles que l’on peut constater ailleurs en Martinique. Néanmoins, avec l’altitude, les températures peuvent avoisiner les 10° voire descendre en dessous. Mais aussi et surtout, la pluviométrie atteint les 10 000 mm par an (Fort-de-France tourne autour de 2000 mm). Il convient donc de garder en tête que la pluie n’y est pas rare, même durant le carême qui est le nom de la saison sèche. D’ailleurs, on voit également une belle différence de végétation entre le départ et le sommet.

Il faut donc retenir que vous pouvez débuter la randonnée sous un ciel dégagé et la finir sous la pluie. Ou l’inverse. Il peut également y avoir un vent conséquent au sommet même si l’on ne constate aucun vent lors d’une bonne partie de la randonnée.

Quel moment de la journée privilégier pour cette randonnée ?

On entend souvent qu’il est préférable d’y aller tôt le matin car le sommet du volcan est recouvert par les nuages dès 10h ou 11h du matin. Mon expérience personnelle, durant la saison sèche, est tout autre. Je suis passé à plusieurs reprises aux abords du volcan en fin de journée et il n’y a avait pas un nuage (ou presque). Lors de ma randonnée sur la montagne Pelée, en début de matinée, il y avait un brouillard intense. Il s’est levé progressivement et j’ai fait la descente principalement sous le soleil …

Bref, étant donné les statistiques mais aussi la durée de la rando (si l’on prend son temps, si l’on fait des pauses photo et si l’on fait le tour de la caldeira), il est préférable de partir tôt le matin. Il faut considérer que l’ensemble du parcours vous demandera 4 à 6 heures.

Vue depuis le tour de la caldeira
Vue sur la côte nord de la Martinique depuis le tour de la caldeira

Débuter la montée à 6h du matin (proche du lever de soleil) n’a pas un intérêt réel, du moins au delà d’arriver au sommet avant 9h ou 10h (les fameuses statistiques météo). J’ai par exemple débuter vers 8h de mémoire et j’aurais certainement eu une bonne partie de l’ascension sans brouillard si j’avais débuter une ou deux heures plus tard … A moins de vouloir assister au lever de soleil depuis le plateau des Palmistes (proche du 2ème refuge) mais il faudra alors partir de nuit, au moins 1h30 avant le lever de soleil.

Mon conseil est donc de débuter tôt le matin, sans forcément devoir se dire 6h ou rien. Vous verrez notamment que le temps de route pour rejoindre le point de départ du sentier de l’Aileron peut être assez long depuis votre hébergement sur l’île de la Martinique. À moins de loger dans les environs de Saint-Pierre ou du Morne Rouge, il n’est pas rare de devoir faire 45 minutes à 1 heure de route.

 

Avis & retour d’expérience pour l’ascension du volcan de la Martinique

Pour terminer ce retour d’expérience sur cette randonnée à faire en Martinique, je vais partager ici mes conseils pour se préparer mais aussi pour profiter pleinement de l’ascension du volcan.

Avis sur la randonnée de la montagne Pelée : une ascension incontournable

Selon moi, l’ascension du célèbre volcan martiniquais fait partie des expériences à vivre lors d’un voyage sur l’île. La randonnée n’est pas forcément très exigeante d’un point de vue physique mais elle reste assez impressionnante sur certaines portions. Je pense notamment à la montée vers le Chinois depuis le 3ème refuge mais aussi la descente de cette même portion. Et dans une moindre mesure, la montée / descente au coeur du cratère. Ces passages ne présentent pas forcément de difficulté particulière pour les randonneurs réguliers. Mais c’est forcément assez impressionnant pour ceux qui n’ont pas l’habitude ou qui ont le vertige.

Vue depuis le Chinois, sommet de la montagne Pelée en Martinique
Vue sur le cratère et au delà depuis le Chinois, point culminant du volcan

La montée vers le Chinois est souvent mise de côté par beaucoup de randonneurs. D’ailleurs, si l’on croise beaucoup de monde sur le sentier de l’Aileron, sur le plateau des Palmistes ou sur le tour de la caldeira, il y a bien moins de monde dans l’ascension finale. Il faut dire que cette portion courte (une centaine de mètres de dénivelé) se fait avec l’aide des mains à plusieurs reprises car les rochers peuvent être hauts. Et le sentier n’est pas vraiment tracé, la végétation peut couvrir des trous, … Bref, il convient d’être un minimum habitué à la randonnée et de ne pas avoir le vertige pour la descente.

Descente dans le cratère du volcan
Chemin de la randonnée qui mène au fond du cratère

Si vous n’êtes pas forcément à l’aise avec cela, la randonnée sur la montagne Pelée reste à mon avis tout à fait envisageable. Vous pouvez faire le tour de la caldeira (qui se fait sans souci) voire même descendre au coeur du cratère. En d’autres mots, on peut tout à fait profiter de panoramas magnifiques sans monter au Chinois.

Néanmoins, si vous vous sentez en mesure d’y aller, foncez ! La vue est magique et si vous avez la chance d’y voir des nuages (mais pas trop), le spectacle est magique.

Équipement à prévoir pour aller sur la montagne Pelée

Il convient de prendre le temps de se renseigner sur l’équipement à prévoir pour cette ascension. Sans être très longue, elle demande tout de même un minimum de préparation, notamment parce que les conditions météo peuvent être très changeantes.

Cratère de la montagne Pelée
Au fond du cratère de la montagne Pelée

Personnellement, sauf randonnées vraiment techniques, j’utilise toujours des chaussures de running usagées pour mes randonnées. Pour celle-ci j’ai regretté de ne pas avoir pris mes chaussures de randonnée, des Salomon GTX à tige mid (celle-ci). Le terrain est vraiment chaotique avec énormément de rochers et de nombreux passages dans de la terre humide voire boueuse.

Bien sûr, il convient d’emporter suffisamment d’eau (2 litres ou plus si vous partez de Grand’Rivière) ainsi que de quoi grignoter a minima. Emporter un pique-nique peut être un vrai plus si la météo est clémente (sur le tour de la caldeira, face à la vue).

Concernant les vêtements, il faut anticiper un changement de climat : soleil / pluie / vent / baisse de température. Au sommet, lors de ma randonnée, il y avait vraiment un vent de malade. Un coupe-vent est nécessaire. Mais aussi une veste imperméable.

En résumé, voici une check list de ce qu’il faut emporter :

  • une bonne paire de chaussure de randonnée est un plus surtout si le terrain est humide. Je recommande une paire à tige mid (entre chaussure basse et montante). Ce modèle de Salomon est top. J’avais l’ancienne génération et j’ai opté à nouveau pour celle-ci. La randonnée reste faisable avec des chaussures basiques mais il faut être assez à l’aise avec ce type de terrain. La boue reste la difficulté principale de la randonnée, si elle est présente bien évidemment
  • 2 litres d’eau ou plus en fonction du sentier choisi + snacks
  • crème solaire (si le soleil est là, ça tape !)
  • coupe-vent + imperméable (idéalement veste type Gore-Tex)
  • t-shirt + polaire peu épais
  • lampe frontale de qualité si vous partez avant le lever de soleil (comme celle-ci)
  • si vous avez un minimum en tête la géographique du volcan et le parcours à suivre, vous vous repérez sans souci. A défaut, vous pouvez utiliser l’application Maps.me (gratuite) et télécharger la carte de la région. Tous les sentiers de la montagne Pelée y sont tracés.

 

 

Cet article arrive à son terme. La randonnée sur la montagne Pelée fait, à mon avis, clairement partie des incontournables à faire en Martinique. Les paysages y sont magnifiques et le panorama sur le nord de l’île est magique ! Comme je l’expliquais plus haut, l’ascension n’est pas forcément facile mais reste possible, même pour les randonneurs occasionnels. Il convient juste d’éviter les jours pluvieux car le terrain devient alors très glissant …

Si vous avez des questions ou remarques sur l’ascension de la montagne Pelée, n’hésitez pas à utiliser la zone de commentaire située ci-dessous. Enfin, je vous invite à poursuivre votre lecture sur le blog ! Vous y trouverez de nombreux autres articles pour préparer votre voyage en Martinique.

Aurélien

Je voyage de nombreuses fois par an, du city trip de 4/5 jours au séjour de plusieurs semaines à l'autre bout du monde. Je partage sur mon blog voyage, mes avis, mes coups de coeur et mes conseils pour mieux voyager en indépendant.

Une question ? Laissez un commentaire ...